21/09/2010

Un très beau commentaire du livre, sur le blog notes de train.



Teoz Eco, 13h38, voie F. C’est censé être un train de nuit mis à rouler en plein jour, avec un tarif réduit et une poignées de minutes en plus pour faire le trajet. Mais de l’extérieur, c’est une ancienne carosserie Corail blanche à bande verte-orange, et non bleu foncée. Dans les wagons par contre ce sont bien les sièges inclinables et malpratiques du train de nuit. On peut avoir une couchette, aussi, mais en première classe seulement. Je vais m’installer de travers, comme les autres, pour poser mes pieds sur le truc rétractable qui me scierait les mollets, sinon, et je serai très bien pour entamer CLEER / une fantaisie corporate, de L.L. Kloetzer.
Helena, pour Pensez A Eux, bonjour!
OBO: Madame Louwerse. Etat émot.: vert.
Contente de vous entendre, madame Louwerse. Nous allons faire tout ce que nous pouvons pour vous aider.
OBO: Information insuffisante. Compléter avec humour. Transformation: 80%.
Dites-m’en un peu plus sur vos amis: leur nom, leur adresse, leur signe astrologique…
OBO: Proposer articles d’extérieur. Basculer ensuite vers linge de maison.
Oui, leur lieu de résidence… Ils ont bien un jardin, n’est-ce pas?
OBO, le robot psychologue connecté en rich-network continue de guider les filles du centre d’appel de l’entreprise de cadeaux pendant qu’on passe La Souterraine. La fille assise devant moi a déjà trois heures de Teoz Eco dans les pattes, ça se sent, elle s’est étalée avec toutes ses affaires, son mp3 lui grésille dans les oreilles jusqu’aux miennes, elle bouge tout le temps. Jogging gris clair, bottes en peluche tigrées, maquillage à paillettes, immenses boucles d’oreilles, cheveux crêpés. IMC < 16, âge ≤ 19. Elle est gentille: elle a dit « ça fait rien » quand j’ai brutalement poussé son fauteuil sans le vouloir.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire